fbpx

LES DOULEURS DE PIEDS SANS BOITERIE ASSOCIÉE

Retour à Blog

LES DOULEURS DE PIEDS SANS BOITERIE ASSOCIÉE

” – Je pense que votre cheval a mal aux pieds…

– Ah non, il ne boîte pas ! “

Si les douleurs de pieds concernent la majorité des chevaux, elles sont rarement identifiées.

Pourquoi ?

Parce que ces douleurs ne s’expriment pas toujours la boiterie, et que peu de professionnels savent les mettre en lien avec d’autres signes.

Quels sont ces signes ?

  • Le cheval ne se tient jamais “rectangle”, c’est à dire avec les 4 canons verticaux.
  • il a le dos creux, démusclé.
  • son dos est sensible et se contracte sous la pression du doigt.
  • il fait le dos rond, ou rentre le bassin.
  • son avant-main et l’arrière main ne sont pas également développés.
  • l’encolure est moins développée que le reste du corps.
  • il a des allures étriquées, préfère adopter l’allure supérieure plutôt que d’allonger.
  • il refuse de sauter, de galoper.
  • il n’avance pas.
  • il ne galope pas sur le bon pied.
  • il se fâche au montoir.
  • il donne des coups de tête
  • il tourne difficilement court.
  • La liste ne peut pas être exhaustive, car tout individu vivant et sensible exprime son inconfort d’une façon qui lui est propre.

L’équidé a évolué comme ongulé à 1 doigt lorsqu’il a fallu qu’il se déplace plus, et plus vite.

Sédentarisé, ce système devient un handicap pour le cheval.

Même si certains professionnels nous disent “il suffit de le faire maigrir ! Faites le marcher !” ou dans un autre style : ” Il faut une ferrure orthopédique !”

Et bien vous le savez, c’est souvent beaucoup plus compliqué que ça. Les chevaux, une fois domestiqués, sédentarisés, agrandis, alourdis…deviennent des colosses aux pieds d’argiles.

Nos chiens domestiques n’ont pas autant de problèmes de pattes, eux…!

Tout d’abord, cela fait plusieurs centaines d’années que le cheval n’est plus sélectionné pour ses aptitudes primaires. Avoir des sabots très résistants pour pouvoir se déplacer et survivre, notamment.

Ensuite, lorsqu’une structure s’est développée dans un certain type d’environnement, elle s’y est adaptée. Si cet environnement n’est pas très exigeant (des prairies humides par exemple), alors tout un tas d’options de développement s’expriment. Et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle. Même si des modifications d’environnement et de soins peuvent faire changer les choses, on est parfois confrontés à un point de non-retour du point de vue structurel.

Malheureusement, le modèle sauvage n’est pas toujours un modèle réaliste lorsqu’il s’agit de décider de l’entretien d’un cheval domestique, et en particulier d’une race moderne.

Entre la ferrure métallique et le pied totalement nu, il existe des voies du milieu : des dispositifs de transition, des dispositifs amovibles, et surtout, de la kinésithérapie !

Ainsi, si votre cheval présente un ou plusieurs des signes listés ci-dessus, demandez un avis à un bon professionnel du pied.

Nous à L’Ecole des Chevaux, on a plus d’un tour dans notre sac pour améliorer ces problématiques infernales…

Nous sommes à votre écoute pour des bilans et prises en charge complètes, afin d’aider votre cheval à retrouver des sabots ailés.

close

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles ! Articles, Stages et formations...

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Comment (1)

  • Cartier ingrid Répondre

    Bonjour
    Mon cheval présente beaucoup des symptômes indiqués ci dessus en plus il a la maladie du crapeau. Il vit en 100% pré depuis 2 ans et est pieds nus depuis janvier il s’en porte pas trop mal mais est très sensible des pieds suivant les sols il évite au maximum les cailloux et racines. Y a t’il des moyens de le soulager un peu ?
    Merci de votre retour
    Cordialement
    Ingrid cartier

    6 juillet 2021 à 7:54

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour à Blog