fbpx

Le faciès et la salive, pourquoi les négliger ?

Retour à Blog

Le faciès et la salive, pourquoi les négliger ?

A l’heure où je vous parle, les écoles d’équitation débattent à plein régime : La géométrie du cheval, correcte ou incorrecte ? Sur photos, on trace des lignes sur les chanfreins, sur les canons des chevaux, et cela est supposé valider ou invalider … quoi ? Je ne suis pas sûre. L’ego du cavalier, du moins.

Les lignes, la géométrie, la biomécanique, ça me connaît. Et c’est bien pour cette raison que je suis capable de lire entre ces fameuses lignes. C’est bien pour cette raison que la première chose que je regarde d’un cheval, c’est toujours sa tête.

C’est elle qui dit s’il va bien, s’il est dans une activité confortable ou non, tant sur le plan physique que psychique.

Pour rappel, car cela a déjà été largement démontré par les études en éthologie : Le faciès d’un cheval à l’effort et qui va bien n’est pas crispé mais tonique (exit donc les lèvres et menton en béton, tout comme les lèvres pendantes) Les yeux sont grands ouverts, on ne devrait pas voir de blanc, ni de plis ou de creux profond au dessus de l’œil. Les oreilles sont mobiles.

Les chevaux, comme tous les vertébrés, sont asymétriques dans leurs postures et dans leurs amplitudes, ce qui n’induit absolument pas d’emblée que cela doit-être corrigé.

Les asymétries sont visibles même chez les athlètes humains de haut niveau, qu’elles soient anatomiques ou dynamiques. Observez un départ de course d’Hussein Bolt, vous serez étonné par l’incroyable tricotage asymétrique de ses jambes qui l’a mené jusqu’à un record du monde de vitesse. C’est une adaptation autour des ses asymétries naturelles importantes qui lui ont permis d’être un champion, et non pas une recherche de neutralisation de ses asymétries.

Etant donné que beaucoup de chevaux entraînés de façon très classique souffrent d’arthrose dès l’âge de 7 ans (âge de fin de leur croissance!), il est tout à fait normal que des asymétries et défauts d’amplitudes s’installent. Généralement, cervicales hautes, cervicales basses, lombaires, hanches, rotules, jarrets. De l’arthrose si jeune… la faute à quoi ? Il serait intéressant que les cavaliers de bon niveau qui affirment que la façon dont ils positionnent et entraînent leur chevaux n’est pas nocive, voire même positive, montrent des radios d’un échantillon significatif de leurs chevaux. Au moins, on serait fixés !

Pour en revenir à nos moutons… le faciès. 

Pourquoi n’observons-nous pas les yeux des chevaux avec autant de précision que nous le faisons pour les canons et la nuque ? Pourquoi nous réjouissons-nous des symétries parfaites, sans porter la moindre attention aux expressions faciales des chevaux ? Le culte de l’esthétisme et de la “photo de couverture” a de beaux jours devant lui…

J’ai encore vu hier sur Facebook une photo d’un célèbre écuyer à cheval et qui a déclenché une cascade de like et de commentaires “Ah, enfin un cheval parfait ! Rien à redire !“. Et ledit cheval a les yeux mi-clos, la bouche écumante, les dents visibles. J’ai pensé ” Mais où allons-nous ?! C’est de la folie ! ” L’équitation traditionnelle fait naître chez les cavaliers des obsessions pour la posture, et les rend aveugles devant l’élément le plus important : le bien-être.

Peut-on vraiment expliquer l’intérêt de passer autant de temps et d’énergie à évaluer la géométrie d’un cheval sur photo ? Heureusement que vos vétérinaires ne font pas de bilans locomoteurs sur photo !

Sur mon propre site internet, et même en couverture, vous pourrez voir des géométries imparfaites. Mais vous pourrez voir aussi qu’il n’y à aucun matériel ni action qui tente de les cacher. Et enfin, vous verrez toujours des faciès “frais”, éveillés. De mon côté, vous pourrez observer qu’il n’y a aucun taquet ou autre système qui contraigne ma propre posture à cheval, car mes asymétries sont moins délétères pour mon cheval lorsqu’elles sont libérées et mobiles.

Cela me semble bien plus révélateur de mon quotidien et de la réalité du Physio-Training qu’une machine de guerre photographiée (au hasard de l’instant T ?) parfaitement symétrique avec une bride.

Et la salive ? 

Comme la majorité d’entre vous, j’ai grandi en entendant “il salive parce qu’il est décontracté“. J’ai aussi entendu, “c’est parce qu’il est à l’effort“. Mais un jour, en y réfléchissant bien, je me suis dit que ça n’avait aucun sens.

Les humains et les animaux que je fréquente salivent pour seulement trois raisons :

  • La nourriture : la production de salive augmente juste avant et pendant un repas.
  • Le sommeil : en s’endormant, on peut ouvrir la bouche et baver.
  • Une pathologie.

Lorsque je suis moi-même à l’effort, et uniquement en course, il m’arrive d’avaler ma salive un peu sur le tard ou de cracher, mais certainement pas de m’inonder de bave. Encore moins de faire des bulles. Nous, comme le chien, respirons par la bouche dès lors que nous avons besoin d’un apport exceptionnel d’oxygène, mais pas le cheval. Il n’a donc aucune raison d’ouvrir la bouche à l’effort, à moins qu’il n’étouffe. 

La contraction des lèvres et du menton ainsi que la visibilité des dents (en dehors de l’alimentation) n’est visible que dans ces cas :

  • Interactions agoniste (agression, attaque)
  • Stéréotypie ( tics à l’appui, tics de mouvements de bouches)
  • Flehmen ( retroussement de la lèvre supérieure pour déposer sur les naseaux les molécules odorantes prélevées)

Vous avez déjà vu un cheval boire, lorsqu’il relève la tête de l’eau, une certaine quantité ressort généralement de sa bouche. En effet il n’est pas aussi efficace que nous pour récolter les liquides abondants, car lui ne peut pas ouvrir sa mâchoire sans décoller aussi ses lèvres. Si la mâchoire s’ouvre pour boire ou manger, alors toute la bouche s’ouvre, et les liquides coulent s’il y en a beaucoup.

Alors je ne vois que ces raisons pour expliquer que le cheval salive abondamment au travail :

  • La bouche est ouverte sur de longues périodes.
  • La bouche est ouverte à cause du mors lui-même et/ou de son action de traction qui tend à ouvrir la bouche.
  • Le cheval manque d’oxygène.
  • La langue est privée de mobilité et cela gêne la déglutition.
  • La gorge est compressée et cela gêne la déglutition.

Vous pouvez faire une petite recherche sur internet comme moi, vous trouverez les mêmes résultats :

  • Les chevaux qui n’ont pas de mors, en liberté ou montés ne bavent pas.
  • Les chevaux avec des mors qui ont un libre balancier (avant-arrière) et le nez en avant ne bavent pas ou très peu (course de galop, endurance).
  • Les chevaux qui ont une bride bavent presque systématiquement.
  • Les chevaux qui portent une muserolle allemande bavent presque systématiquement.
  • Les chevaux “ramenés”, chanfrein à la verticale et plus, bavent presque systématiquement.
  • Plus les embouchures sont dures, plus les muserolles sont serrées, plus les têtes sont “ramenées”, plus la salive est abondante.
  • La présence de salive est toujours associée avec au moins l’un de ces éléments : une névralgie faciale, des veines apparentes, des yeux tirés / mi-clos / ou à un regard vers le haut avec blanc du bas de l’œil visible, des contractions de la bouche, des tentatives d’ouverture de la bouche, des naseaux très dilatés.

De ma recherche j’ai prélevé ces photos, significatives des grandes tendances (il y a évidemment des exceptions).

Je vous laisse observer sur images les liens de cause à effet cités plus haut…

Et souvenez-vous : ce qui compte vraiment, ce sont les signaux de bien-être ou de mal-être. La biomécanique et la justesse de la locomotion ne se fondent absolument pas sur des standards géométriques. 

 

 

close

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles ! Articles, Stages et formations...

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Comments (4)

  • Thiell Répondre

    Merci beaucoup pour ce super article. Si évident. L humain fait beaucoup de mal à ces animaux magnifiques.
    Et oui les laisser libres dans leur mouvement
    Dans leur allures pas, forcément “carrées”
    Ils savent se déplacer pour se mettre tous seuls dans un confort
    Y compris avec nous sur leur dos.
    Très bel article.
    Perso je monte en licol
    Ma jument qui a son achat était en Pelham bien sévère…
    Et quel bonheur de lui laisser son petit nez sa bouche et don encolure libre. 👃

    17 janvier 2021 à 8:56
  • Grobarek Nastasia Répondre

    😱 qu’elle révélation! Merci, en qualité de dentiste équin je vais relayer l’information!

    17 janvier 2021 à 10:09
    • Grobarek Nastasia Répondre

      Quelle* pardon, le t9 fait des siennes…

      17 janvier 2021 à 10:09
  • Guezouli Répondre

    Article très intéressant

    18 janvier 2021 à 10:59

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour à Blog