fbpx

Le cercle vicieux de l’appréhension

Retour à Blog

Le cercle vicieux de l’appréhension

J’ai publié l’année dernière un articule intitulé “Le syndrome Train – Fantôme”, qui explique pourquoi certains chevaux ont peur d’avoir peur, se conditionnent seuls à la peur et sursautent voire paniquent au moindre bruissement de feuille.

Je souhaite vous partager ici une autre expression de troubles anxieux.

Il y a des chevaux qui ont tellement peur d’une situation qu’ils parviennent à la créer.

Ils redoutent une situation si fort, qu’ils paniquent, génèrent des drames, et confirment ainsi que ladite situation est dangereuse. Plus tard, ils se renforceront dans la peur, et c’est un cercle vicieux que j’appelle le “cercle vicieux de l’appréhension”.

Dans le syndrome Train – Fantôme, le cheval ne sait pas de quoi il a peur. Il s’attend à tout.

Dans le cercle vicieux d’appréhension, le cheval redoute des situations en particulier.

Par exemple, l’attache, le parage, le montoir, l’embarquement en véhicule, la traction sur le licol. Ils sont tellement rétifs d’emblée, qu’ils vont spontanément se bloquer (et donc encaisser une contrainte), tirer au renard, tomber, embarquer, s’enfuir, et au passage se blesser et/ou se faire très peur. Et ainsi de suite, souvent de mal en pis.

NB : A ne pas confondre avec les réactions vives liées aux douleurs aigues nuque, dents, dos, pieds… 

Ces chevaux là mettent à rude épreuve les nerfs de leurs propriétaires, car ce type de comportement semble vraiment stupide. Il n’y a pas d’autre mot. C’est comme si le cheval ne pouvait pas s’empêcher de prendre la pire décision qui soit, et ce inlassablement, contre son intérêt. 

Pour être tout à fait honnête, il se peut que parmi les chevaux qui fonctionnent de la sorte, la plupart ne soient pas très fins… Mais il y a aussi et surtout des chevaux qui ont vécu des expériences traumatisantes à une époque où ils n’avaient aucune possibilité de l’analyser ou de la gérer convenablement, et qui les ont complètement débordés.

On le sait, les effets de la peur font boule de neige chez les chevaux : la fuite appelle la fuite, la paralysie appelle la paralysie, et ces conditionnements se consolident tout seuls très vite.

Vous avez probablement entendu l’expression “rater un jeune cheval”.

Les poulains et jeunes chevaux insuffisamment développés cognitivement ont des réactions inappropriées lorsqu’ils sont exposés à des contraintes trop fortes ou trop complexes. Les réactions ou non réactions à ces moment là ont tendance à devenir persistantes à l’âge adulte. 

Les chevaux englués dans le cercle vicieux de l’appréhension sont aussi assez résistants aux techniques moderne de rééducation comme le “Horsemanship” Américain car ils font preuve d’une énorme inertie, et résistent incroyablement bien à la pression. Quand leur cerveau se met en OFF, il s’y met vraiment.

Malgré du savoir-faire, ils sont parfois profondément agaçants, car dès que nous sommes pressés, ou que la situation devient exigeante, ces chevaux là s’opposent lourdement, et les “grouiller” ne sert à rien, au contraire.

Si les techniques de réadaptation ne sont pas forcément difficiles à mettre en place, les propriétaires confient parfois leurs chevaux parce qu’eux-mêmes, ils se sentent glisser dans un cercle vicieux: Le cheval les a déjà assimilé à des situations stressantes, ils n’ont pas le temps de faire ce qu’il faudrait idéalement, ils ont perdu patience, perdu plaisir, le cheval s’est fait mal et cela handicape la progression, etc.

C’est dans le cadre de protocoles rigoureux de déconditionnement global, avec un contrôle total de l’environnement et des manipulations du cheval que l’on progresse sur ces problématiques difficiles.

L’ École des Chevaux propose les 14&15 Juin une formation d’introduction à la psychologie équine appliquée. Ce thème y est abordé en théorie et en pratique, ainsi que les possibles approches de résolution.

 

Illustration : Peinture de Bénédicte Gelé https://artcheval.com/

 

 

 

 

 

close

Vous en voulez plus ?

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières nouvelles ! Articles, Stages et formations...

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Comments (2)

  • Christelle Coplo Répondre

    Bonsoir.
    Comment fait on pour participer à vos journées du 14 et 15 juin?
    Cela se passe chez vous ou par visio?

    Cordialement
    Christelle

    18 mai 2021 à 7:27
  • Nathalie Répondre

    Bonjour,
    Votre article me parle énormément. Mon cheval a eu la maladie de Lyme l’année dernière, son principal symptôme étant des grosses raideurs musculaires de l’arrière main.
    Il a été vu par plusieurs professionnels ( vétérinaires et ostéopathes) qui l’ont énormément manipulé avant de poser un diagnostic et de le soigner. Maintenant il va mieux, n’a plus de raideurs musculaires et se déplace normalement. Ma vétérinaire m’a confirmé qu’il était en super forme. Et pourtant, je ne peux pas lui toucher l’arrière main sans qu’il ne jette ses postérieurs. Il s’est mis à le faire quand il est tombé malade et ne le faisait pas auparavant. Ma vétérinaire me dit qu’il appréhende d’être touché. Il a donc été vu par ma véto qui est ostéopathe et qui fait de l’acupuncture, il a également été vu par une praticienne shiatsu . Rien n’y fait, je n’arrive plus à lui toucher l’arrière main. Juste avec un stick car il connaît bien la désensibilisation. Auriez-vous une piste de travail s’il vous plaît ? Je suis totalement perdue

    20 mai 2021 à 12:14

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour à Blog